Bases 2 d'apprentissage Curothérapie.

Après la radiesthésie (le pendule et la baguette) le second groupe de bases pour  l'apprentissage de la Curothérapie consiste à apprendre à percevoir le biochamp naturel de l'homme et de tout être vivant.
Cette perception permet de déceler :
- Des facteurs énergétiques influents.
- D'autres présences de nature énergétique.

Pour le comprendre et l'expérimenter, suivez le chemin que l'on vous propose.

Première étape : Percevoir le biochamp périphérique.

Le biochamp de l’homme comprend plusieurs couches périphériques circulaires et des plans dans l'axe vertical et horizontal du corps.
La première couche périphérique est à environ 20 cm du corps et la dernière à environ 2 mètres (10 fois plus grande).
Les peaux intermédiaires qui séparent les couches sont épaisses d'environ 2 cm, celle extérieure est plus épaisse (6 à 10 cm).
Les schémas suivants, montrent le biochamp de l'homme, vu de dessus et vu de côté avec les peaux périphériques, les plans verticaux (face et côté) et un plan horizontal (médian).




Le premier exercice consiste à se rendre compte que le biochamp existe réellement et physiquement.

Prenez un diapason (sonotest) ou une petite cloche, déplacez le (la) avec la main gauche, sur l’axe du plan de mesure (comme sur le schéma) en diagonale. Lorsqu'il (elle) traverse une peau éthérique, le son est amplifié et très nettement audible. Cette limite est perceptible parce qu'elle est constituée d'éther chimique, comme le corps humain et dispose d'une certaine densité, qui se révèle par un son nettement audible. Elle peut l'être aussi à la main et ce sera le second exercice à faire.

Entrainez-vous maintenant à percevoir ces peaux éthériques avec la main. Elles peuvent se ressentir sous forme de picotement, de courant d'air frais ou chaud, de pression comme en appuyant sur une sorte de ballon ou de différentes autres manières, selon les personnes.

S'il n'y a pas de doute sur l'existence de cette présence, en revanche il n'existe pas d'appareil qui permet de le rendre visible. Aucun appareil n'a été conçu pour percevoir cette fréquence de matière, pourtant dense puisque perceptible par un son très net.

Le diapason permet de constater qu'il existe plusieurs peaux concentriques et leur place exacte. Le troisième exercice va donc constituer à ressentir ces différentes peaux avec les mains. Seuls ceux qui sont parasités ne peuvent pas les percevoir car les parasites neutralisent leurs ressentis.
Entrainez-vous et reprenez le test du diapason autant de fois que nécessaire jusqu'à ressentir à la main ces peaux éthériques clairement et sans aucun doute. 
C’est une expérience reproductible par absolument tout le monde, et indispensable pour comprendre et expérimenter la suite.

Seconde étape : percevoir les plans du biochamp.

Après avoir perçu les couches éthériques périphériques du biochamp par le contrôle sonore, puis directement avec la main, testez les positions des plans verticaux et horizontaux. Elles indiquent si vous êtes bien équilibré et centré, ou pas.

Pour les plans verticaux de face et de côté, testez leur position en haut et en bas en balayant l'air avec la main la plus sensible, afin de percevoir s'ils sont bien droits et bien dans l'axe, en face et sur le côté.
Devant, il est possible de le faire avec les deux mains simultanément, mais elles ne doivent pas être en face l'une de l'autre.

Pour le plan horizontal, testez à la main (ou avec les deux simultanément) de haut en bas, et de bas en haut son emplacement, pour percevoir sa position et vérifier si elle est bien au niveau du nombril.

La position au niveau du nombril indique un bon centrage et un bon ancrage.

Un plan horizontal plus bas indique que l’on est plus ancré dans le sol qu’à l’ordinaire, mais c'est très rare, l'inverse est très fréquent.

Plus il est haut, et en permanence, plus il montre un déséquilibre qui peut provoquer des vertiges. Un centrage au niveau du coeur ou de la tête permanent, montre une personne en état second, comme si elle était sous l'effet de la drogue (médicaments) ou dans l'illusion (la tête dans les nuages).

Le plan horizontal ne doit être plus haut que le nombril qu'en présence d'une haute énergie : soit un haut-lieu cosmotellurique (église, temple), soit un esprit de la nature (déva, arbre), soit une sainte présence (reliques de saints ou présence astrale) ou un autre phénomène énergétique (du genre encens ou musique céleste).

Troisième étape : Testez le biochamp d'autres présences.

Puisque vous avez perçu votre propre biochamp, essayez maintenant de percevoir le biochamp qui fait le tour d'autres présences.

Commencez par une bouteille d'eau, et percevez l'énergie autour. Elle peut faire un cercle de 10 à 20 cm autour de la bouteille.

Essayez de percevoir le biochamp autour d'une fleur en pot maintenant.

Puis essayez de percevoir le biochamp autour d'un arbre.

Si vous avez un doute, vous pouvez toujours utiliser le diapason, et là encore vous entendrez un son distinctement quand vous traverserez cette peau éthérique.

Quatrième étape : Testez maintenant l'énergie d'un légume ou de l'eau que vous buvez habituellement.

Sachant que le biochamp s’agrandit lorsqu'il est au contact d'une énergie bénéfique (lieu, objet, aliment) et inversement qu'il diminue en présence d'une énergie défavorable, vous pouvez tester votre alimentation.
Placez votre main gauche sur une couche périphérique du biochamp (celle à 20 cm) et placez l'autre main vers la bouteille d'eau testée.
Vous allez alors percevoir avec la main gauche un déplacement de la couche éthérique soit vers l'extérieur (qui indique que l'eau dispose d'une énergie supérieure et est donc vitalisante) soit la couche se rétrécit (indiquant que l'énergie de l'eau est faible et plutôt dévitalisante).

Vous pouvez estimer la vitalité de l'eau en mesurant le déplacement de la couche éthérique, qu'elle provoque. Si la peau éthérique se trouve à 25 cm au lieu de 20 (au départ) en testant l'eau, vous pouvez en conclure qu'elle est vitalisante à 25 % de plus que votre propre énergie.

Testez tous les aliments que vous voulez de la même manière. Vous constaterez vous-même s'ils sont vitalisants ou dévitalisants.
Plus vous vous exercerez à cet exercice, plus il sera simple et facile de percevoir le déplacement de votre biochamp. Ce qui est important pour la suite.

Cinquième étape : Dialoguer avec un arbre.

Avant de vous poser la question si c'est possible ou pas, essayez l'exercice et vous verrez vous-même. Il n'y a pas de meilleure vérité que celle que vous constatez vous-même.

Faites l'exercice suivant :
Approchez-vous d'un arbre et percevez la limite de son biochamp. Il ne doit pas y avoir de problème puisque vous l'avez déjà perçu auparavant et même avec l'aide du diapason pour être sûr de ne pas vous tromper.
Lorsque vous avez les mains au contact du biochamp, posez une question à l'arbre dont la réponse ne peut être que par oui ou par non.

Si vous sentez le biochamp s'expanser, c'est que la réponse est positive. Si vous sentez le biochamp se rétrécir, c'est que la réponse est négative.

Vous êtes en train de dialoguer avec votre premier esprit de la nature, et il n'y a pas de trucage, ni de miracle, c'est la réalité.

Sixième étape : Exercice pour savoir ce qui est positif ou négatif et ce qui est dangereux ou mensonger.

Revenez maintenant à votre biochamp vertical de face et testez sa position de bas en haut pour savoir s'il est bien droit et bien au centre de vous. S'il n'est pas droit, soit vous êtes parasité, soit vous êtes affecté d'une manière ou d'une autre (présence d'un kyste cancéreux, d'un champ magnétique ou électrique, d'un objet porté négatif, etc.).

Lorsque le plan vertical est bien centré, vous pouvez commencer à tester.

Le plan vertical se décale en fonction de ce qu'il ressent. Si vous testez un livre en plaçant votre main droite dessus et que de votre main gauche vous constatez que le plan vertical se décale à droite ou à gauche c'est que le contenu du livre est erroné, faux ou sans intérêt.
Si lors du même test vous constatez que votre plan vertical se décale en diagonale, c'est que le livre est mensonger sciemment ou dangereux.
Si votre plan reste centré, vous êtes en présence d'une énergie bonne ou neutre.

Les corps énergétiques ne se trompent pas. Ils perçoivent et réagissent à des énergies subtiles. La réaction du biochamp ne réfléchit pas, et donne des informations exactes. Elles peuvent toutefois être légèrement différentes d'une personne à l'autre, selon leurs particularités énergétiques personnelles.

Vous pouvez tester ainsi tout ce qui existe : un être vivant, les propos d'une personne, le contenu d'un livre, la qualité d'un aliment, etc.  Un décalage droit indique toujours une erreur, un décalage en diagonale un danger. Une énergie positive ne provoque pas de décalage du plan vertical.

Faites maintenant le même exercice mais en vous éloignant du livre, donc en testant à distance. Vous constaterez que le résultat est le même.

Testez ainsi d'autres objets, même très éloignés, par exemple un objet sur internet, un aliment, un livre etc. Vous constaterez que cela fonctionne tout autant, simplement parce que l'espace quantique est omniprésent et que tout est relié dans l'univers par les éthers réflecteur et lumière. 

Septième étape : Percevoir un être éthérique dans l'espace.

Vous avez déjà perçu le biochamp d'un arbre, vous savez qu'il est possible de percevoir à distance ; vous pouvez maintenant tester si une présence éthérique se trouve à proximité de vous.
Commencez par percevoir la présence d'une âme en peine.

Pour cela, comme pour la baguette de radiesthésie, vous pouvez balayer l'air autour de vous en pensant "âme en peine" et en imaginant que votre main est prolongée d'un laser qui balaye à distance. 
S'il y en a une, votre main s'arrêtera à son contact. Faites-en alors le contour avec votre main, pour voir l'ampleur de son biochamp et percevoir si sa grandeur correspond bien à celle d'un humain éthérique.
Essayez maintenant de percevoir si elle se déplace ou pas, en bougeant votre main et testant à plusieurs reprises.

Il est important de percevoir si elle se déplace, car à partir de ce moment vous pourrez dialoguer avec elle, sans pour autant être clairvoyant, médium ou avoir un don particulier.
Si vous percevez la présence d'une âme en peine, elle aussi le ressentira.
Pour dialoguer avec, demandez-lui de se placer à un endroit précis, et vérifiez au ressenti qu'elle s'y place bien.
Puis définissez un autre endroit, à quelques mètres, et posez lui une question dont la réponse sera OUI ou NON, en précisant : "si c'est OUI reste ici, et si c'est NON place toi là". Vous n'avez plus qu'à tester où se déplace cette présence éthérique pour avoir la réponse.

Si vous avez du mal à percevoir la présence d'âme en peine parce qu'il n'y en a pas à proximité, allez dans un hôpital ou dans une église, il n'en manque pas.

Huitième étape : percevoir et identifier un esprit de la nature.

Vous avez perçu une âme en peine, à l'étape précédente, mais vous ne savez pas encore exactement s'il s'agit bien d'une âme en peine ou d'un autre esprit éthérique qui se trouvait là et qui s'est fait plaisir en jouant avec vous.

Pour identifier un esprit, nous le faisons en fonction de son énergie, qui va le classer dans une certaine catégorie.

Rappelez-vous que vous pouvez tester l'énergie d'un aliment ou de l'eau. Tester l'énergie d'un esprit éthérique est sensiblement identique, toutefois les énergies sont bien supérieures à l'homme quand il s'agit d'un être beaucoup plus spirituel.

Pour cela rappelez-vous le test du biochamp vertical aussi.
Vous avez devant vous un être éthérique dont vous avez perçu les limites de son biochamp. Vous avez perçu son déplacement. Testez-le maintenant pour savoir s'il est positif ou négatif. Votre plan vertical restera droit (s'il est positif), se décalera (si c'est un esprit joueur qui se fait passer pour un autre, mais n'est pas vraiment négatif), ou votre plan s'inclinera (s'il s'agit d'un esprit négatif).

Maintenant pour contrôler l'énergie de l'être qui est devant vous, testez la réaction de votre plan médian (horizontal au niveau du nombril) que sa présence provoque. Le déplacement du plan médian vous indiquera l'importance de son énergie.

S'il s'agit d'une âme en peine, votre plan médian ne bougera pas et restera au nombril. S'il s'agit d'un esprit de bas astral, votre plan descendra en dessous du nombril. S'il s'agit d'un esprit de la nature de haute énergie, votre plan montera de plus en plus haut.

Par exemple en présence d'une fée de la nature, votre plan horizontal s'élèvera au niveau de la poitrine ou plus haut.
Si vous êtes en présence d'une "sainte", par exemple dans une église, votre plan peut monter au niveau du menton voire au-dessus de la tête.

Les détails sur toutes les catégories de présences sont indiquées dans les livres (harmonisation des personnes et des lieux), car vous pouvez tester ainsi, et aussi facilement, la présence d'esprits de toutes catégories, et dialoguer avec, comme vous l'avez fait avec l'âme en peine.

A ce stade vous êtes apte à commencer la pratique de la Curothérapie, de la médecine énergétique et des stages de formation.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire